Contribution

From CREATI
Jump to: navigation, search


par le fondateur de Créati.se

Mon propos, mon âge et mes capacités sont, comme beaucoup, ceux de la contribution.


Le propre de la contribution est d’apporter des éléments complémentaires nécessaires à une libre prise de décisions individuelles, concertées au sein du contexte sociétal, dans le cadre de leur intergouvernance quotidienne, par les chercheurs, producteurs, prestataires et utilisateurs.

Le but en est aujourd’hui et pour ce qui me concerne principalement de faciliter l’accès de tous à la complexité nouvelle par des contributions innovantes, basées sur la conflexion, l’expérience, la simplification et l’expérimentation.


Elle se différencie de la coopération en multipartiprenariat qui vise à l’adhésion de partenaires à une interaction de production, de desserte ou de support, coordonnée à partir d’un objectif consensuellement optimisé.

La capacité de contribution est un attribut typique du troisième âge. Elle succède à celles de la formation et de la production, avant le quatrième âge de la protection et le cinquième de la continuation pérenne.


Alors que l’économie

  • de la formation vise l’obtention de compétences
  • et celle de la production recherche une rémunération à court terme,
  • l’économie de la contribution relève de la philia,
  • soit de bien commun avec un retour vers le contributeur possible par l’amélioration des conditions d’utilisation qu’il partage,
  • soit de construction patrimoniale immatérielle de projet ou successoral,
  • soit encore de satisfaction intellectuelle et du partage intellectif avec autrui.


L’innovation sociétale réclame une harmonie entre ces économies qui permette d’optimiser les apports de bien commun entre eux. J’ai, jusqu’à présent et dans mon domaine de la technosophie, butté sur son organisation pratique dans une période de transition très rapide vers les systémiques opératives autonomes (SOA, ou bots, bare operative tasks) qui associent une société intelligemment artificialisée (ou anthropobotique) au traitement d’une complexité qu’elle révèle d’autant plus.


Je constate qu'intellectuellement la contribution nécessite un outillage perférentaire [1] d'échange et de gestion dual : personnel et participatif. Que cet outillage doit évoluer dans un contexte architectural intelligent, privé et sécurisé que je qualifie de "neb interplus" (presentation layer uniform space internet) et disposer d'un MDRS [2].

---
  1. perférentaire, de perférent : "porteur d'un texte numérique au long de son évolution", en général associé avec un algorithme de type blockchain. Il s'agit de ce qui concerne la documentation numérique.
  2. MDRS - Mail, DDDS Registry, Supervisory System.