VAC

From CREATI
Jump to: navigation, search


La Vie Actuelle Courante (VAC) est caractérisée son interligence complexe.



L'air du temps nouveau ...


Ces deux "grands" mots d'origine latine, "interligence" et "complexe", veulent simplement dire que :

  • si, à travers tous ces réseaux, les gens, les services et les choses sont de plus en plus inter-liés (latin "inter-legere") entre eux, de multiples manières, localement, mais aussi mondialement, ils n'en gardent pas moins leur liberté de décision. Pour cela ils ont à étendre leur horizon aux globalités qui leur sont rendues accessibles.


C'est ce qu'on appelle la glocalité.


  • la vie que nous menons est de plus en plus "maillée" par différents réseaux que nous utilisons : routiers, ferroviaires, électriques, téléphoniques, eaux courantes et usées, transports, et le grand dernier : l'internet.
Le premier de ces maillages auquel nous ayons été sociétalement confrontés a été mis en évidence par Alvin Toefler dans un ouvrage qui a marqué notre temps : le choc du futur. Il en a défini la maladie du siècle : comme le stress résultant pour chacun de "trop de choses nouvelles en trop peu de temps".
Nous prenons peu à peu acte d'un monde en "4D" (à la Einstein : 3D + temps). Il est marqué par :
  • la densification apparente des trois dimensions physiques qu'est la mondialisation des échanges (de l'information, des biens, et des rencontres).
  • le raccourcissement apparent de la durabilité des choses et des comportements qu'est l'innovation.
  • la simultanéité effective du maillage des causes, des possibilités et des effets nous réclamant de nouvelles méthodes de pensée.
En latin, maillage, toile, web, se dit complexus.


... d'un monde nouveau


Jusqu'à présent nous maîtrisions ceci à l'aide de notre seul cerveau (intelligence). Aujourd'hui nous avons besoin de la facilitation que nous apporte le compagnonnage des intelligences auxiliaires (artificielles et de plus en plus autonomes) :

  • On les appelle génériquement les "BOT" (ou "SOA" : systémiques opératives autonomes). Ils vont être chargés sur nos ordinateurs, nos portables, nos tablettes, nos machines, nos objets du quotidien, au-dessus de l'interligence (tous ces inter-liens interactifs nouveaux) que se partagent :
  • nos vies : la nébularité de processus artificiels nous devenant indispensables et parfois "vitaux" : notre neb personnel.
  • les gens : réseaux sociaux,
  • les entreprises : le web
  • les objets de notre environnement de travail et de vie : cet idonet [internet des objets] qui est déjà là à travers nos commandes de télévision, nos portables, nos GPS, etc. Nous rendons peu à peu notre monde "cobotique".
Cet ensemble de compagnons sociaux artificiels est la "cobotique". En s'intégrant à notre quotidien, ils rendent notre société "anthropobotique".
  • Ils vont aussi s'installer au coeur de l'interligence qu'ils vont rendre réactive, elle-même intelligente et parfois autonome, au service de nos cobotiques et de la constitution de leurs propres systèmes relationnels. Ce sont les "services étendus" du réseau.
Ceci veut dire que la réalité s'augmenter (devenant encore plus complexe) du fait de leur intelligence intégrée à notre environnement digital effectif : c'est l'"effectivité" d'un monde dont nous percevons les phénomènes (4D) et la sémantique (n-dimensions conceptuelles). Et auquel nous ajoutons:
Cette effectivité en devient une continuité (4D+n) du perçu et du compris.


Et nous dans tout cela ?


D'une façon générale tout ceci signifie une extension de nos capacités personnelles portée par une "nébularité" interligente d'artefacts intelligents (le "neb"). Nous avons d'abord à la comprendre, à l'articuler pratiquement puis à la maîtriser fonctionnellement sauf à la voir téléguidée par des influeurs économiques, politiques ou émotionnels (ce que l'on appelle l'"ingénierie sociale").

Ceci nous apporte une multitude de "facilitations", et donc de possibilités actionnelles et professionnelles, dans tous les domaines. Elles sont liées :

  • au déploiement et à l'aide à la maîtrise et à la protection de leur environnement, ou cybernité, que nous aurons su (nous) ménager.
  • à notre capacité personnelle (innée, expérimentale, apprise) à les maîtriser.

Nous en appelons "capax" la capacité et le degré de maîtrisabilité d'un individu sur son effectivité.

Il sera donc de raison agorique de considérer un espace décisionnel "5D+n" (3D+temps+capax des entités concernées plus n dimensions conceptuelles)

Brainspace/Noogitiel Brainware/noogiciel - agoras

Il résulte de tout cela l'émergence d'un concept, immémorialement latent (la sociétalité), par son extension à la machine : celui du "savoir utiliser ensemble" formalisé à la fois comme :
  • un espace de coopération fonctionnelle intellectuelle (brainspace ou espace noogitiel)
  • et selon son outillage algorithmique (brainware ou noogiciels).
Cette identification d'une troisième composante (matériel, logiciel, noogiciel/hardware, software, brainware) que nous connaissons bien sous la forme du "manuel" (installation, utilisation, franchise, etc.) imposent une relecture de la mosaïque de la réalité où la quantification discrète de la multitude s’intègrera à la continuité relativiste des lois (à la fois holiste et atomistique) dans le cadre de systèmes relationnels dénomables (projet, plan, entreprise, initiative, communauté, collectivité, nation, coalitions, cultures, etc.) conduisant à la notion générique d'"agora" : la place commune des fonctions et des relations partagées, dont Aristote disait que l'absence dénotait les peuples barbares.


Diaplexie

Le noogitiel est par nature (en raison du nombre de fonctionnels participants à ses agoras) un espace complexe où la raison humaine va devoir passer de la dialectique à la polylectique, selon une méthode de raisonnement et de comportement qui sera "agorique". L'équivalent agorique du syllogisme sera la diaplexie (du grec : dia : apporté par, et plex : maillage) : « une diaplexie d'une agora en est une description partielle permettant du seul fait de ses données de discerner la présence nécessaire d'un ou de plusieurs de ses éléments non décrits ». Creatise s'axe sur les services partagés de diaplexie au sein du réseau.


Les nouveaux aspects clés


Une ventilation nouvelle d'aspects clés retiennent l'attention des entrepreneurs actuels :


La nature des délivrables

Nous sommes entrés dans un nouveau contexte sectoriel à au moins quatre secteurs]. Plusieurs définitions de ces secteurs sont proposées. Créatise suggère de les répartir selon la ventilation suivante :
  • extraction / agriculture
  • industrie et artisanat
  • services et intellectuel
  • production immatérielle
Créatise est tourné vers les troisième et quatrième secteurs ; et plus particulièrement vers le monde de l'opération de systèmes étendus et la production autonome.


Le financement de l'entreprise

  • jusqu'à présent le lancement d'une entreprise réclamait de l'argent que l'on allait chercher avec un business plan, que le banquier devait comprendre.
  • il est maintenant aussi nécessaire de disposer d'une intelligence auxiliaire à l'entrepreneur qui va savoir gérer l'interligence de l'entreprise qui devra la comprendre.
Avant toute chose, avant de s'engager dans une simulation financière, le banquier va demander à vérifier que la systémique logicielle fonctionne de façon compétitive.
C'est là que Créati.se entend intervenir, à partir de son expérience de la faisabilité technique et opérationnelle, rien ne se faisant en réseau, sans du "runing code" (des logiciels qui fonctionnent) et sans la garantie du "living mode" (des processus qui marchent ensemble et obtiennent l'adhésion durable des utilisateurs directs ou ultimes humains).


les coopérateurs de l'entreprise

  • jusqu'à présent l'on recrutait une équipe de membres compétents dans le domaine de l'entreprise, capable d'en suivre les innovations.
  • aujourd'hui, il va leur falloir savoir aussi travailler avec leurs "facilitateurs" soigneusement choisis et adaptés, dans des conditions de travail, de relation client, de contrôle qualité, d'adaptation.
Avant toute chose, le chef d'entreprise va devenir un utilisateur de systémiques opératives autonomes (bots, cobots, robots) : un monde entièrement nouveau et en devenir. C'est pourquoi, alors que le débat juridique est à la discussion de la personnalité et de la responsabilité légale des robots, l'un des premiers projets de Créatise est la création de l'UTIBOT, l'association des Utilisateurs de systémiques opératives autonomes.


les clients de l'entreprise

Chacun aujourd'hui - entrepreneur, producteur, consommateur, etc. - est d'abord un utilisateur de l'ubiquité cobotique que nous adjoignons à notre environnement le plus banal.
  • autrefois l'on allait aux halles en coeur de cité, à pied.
  • puis, en voiture aux hypermarchés en périphérie.
  • dans la "vac" d'aujourd'hui, on utilise les bots de sa tablette pour accéder au web des fournisseurs mondiaux.


le neb de l'entreprise

Toute entreprise est ainsi confrontée à la complexité d'un cyberenvironnement dont la nature lui est incertaine. Elle doit donc faire des choix relevant d'un contexte mal défini par les contredits de myriades d'experts, dans un contexte, manifestement encore en pleine évolution, tant du côté des offres concurrentes que des consommateurs soumis à l'ingénierie sociale de grands influenceurs politiques, économiques, technologiques. Il y a deux manières de composer avec cela :
  • décider dans l'incertitude de l'extérieur, et de nombreuses théories sont proposées.
  • se construire une systémique interligente propre, capable en elle-même persister tout en s'adaptant à la diversité des multiples dynamiques externes du web des propositions alternatives (contenus) et des techniques (services). Etre sur son "petit nuage" pour s'assurer d'une stabilité, non pas pas externe, mais au moins interne. Cela se traduit par une utilisation des ressources globales (internet, clouds, web, programmes, données, mobiles, PC, tablettes, etc.) à la manière, ainsi stabilisée, mais non rigide, de ses moyens locaux. Ceci se définit comme la "glocalité". Assurer à chacun un réseau virtuel glocal (VGN, virtual glocal network) était l'objectif encore inachevé du projet internet qui y est parvenu au niveau global.
Cette petite nébulosité adaptative, internet propre de l'entreprise au sein des nuées métiers, informatiques, digitales, numériques, etc. de l'internet global, c'est son "neb". Son "cloud/nebulaire" virtuel à traves l'ensemble des réseaux des réseaux de capacités propres, partagées ou utilisées, selon la cohérence de sa propre adaptativité autonome, entre toutes ses ressources et solutions informatiques et web.


l'aide à l'entreprise

  • Nous avons connu la professionnalisation de l'aide à la personne avec l'extension de la durée de vie et les besoins du quatrième âge.
  • aujourd'hui nous avons besoin de l'aide à l'entreprise. Celle-ci se différencie fortement de son conseil (savoir) et des aides économiques (finances). Elle porte sur le besoin de l'expérience de la dynamique du changement et de la capacité compétente à l'alternance.
Parmi les offres multiples qui veulent répondre à ce double besoin, CREATI.SE appelle pour cela aux différences de potentiel entre l'expérience du "troisième âge" et l'enthousiasme de l'alternance du "premier âge" au service du "deuxième âge" (et la perspective du cinquième) dont les économies sont différentes :
  • le deuxième âge est celui de la production où le salaire est la contrepartie d'une obligation de résultat dont la métrique du travail nécessaire est la monnaie.
  • le premier âge est celui de la formation où l'ambition première est l'acquisition de connaissances ensuite exploitables une fois entrée dans la vie productive, éventuellement dans un travail en continuité d'entreprise ou de domaine professionnel.
  • le troisième âge est celui de la contribution où ce qui est recherché est d'utiliser ses acquis pour une amélioration favorable de la société, pour soi et surtout pour les générations suivantes (de meilleures solutions pour tous, des droits intellectuels pour les siens).
  • le quatrième âge est celui de la conservation où ce qui est recherché est ... ce que l'on a sacrifié tout au long des trois premiers : la "résillance" en tant que gouvernance personnelle de sa capacité à se maintenir face à l'altération du temps.
  • si le troisième âge est la grande innovation sociétale du XXème siècle, l'émergence du cinquième âge sera celle du XXIème : la perduration par un (ou plusieurs) "gémnèmes".


la nature de l'entreprise

Une entreprise est une action sociétale qui s'acclimate sous forme de fonction durable. Elle ne peut le faire qu'en raison de l'utilité de ses délivrables mesurée par les réponses de leurs consommateurs. Le compagnonnage homme/machine conduit à des formes de "compagnie" ou de "société" nouvelles non encore pleinement identifiées et acclimatées par nos usages et notre droit.
Particulièrement :
  • la "soliprise" : lorsque l'entrepreneur monte une entreprise avec des associés artificiels.
  • la "coopérance" : lorsqu'un système devient d'intérêt commun, par exemple à des co-résidents ou des voisins et que l'un d'entre-eux ou qu'un info-gérant doit être appointé comme syndic de ce qui est une co-propriété virtuelle disposant d'une systémique matérielle (ou virtuelle chargée sur un cloud ou un équipement tiers ou réparti).


la personnalité administrative

Les dispositions législatives pour le mandat de protection future et le mandat à effet posthume sont en fait la création du concept de personnalité administrative qui peut se désolidariser de la personnalité physique ; et donc, permet de concevoir qu'elle soit désolidarisée d'une personnalité morale. L'alter-ego digital (ector) du mandant tout pourra être (ou devoir être aux termes du mandat) utilisé par le mandataire (par exemple pour le suivi de la comptabilité, qui sera notarialement auditable pour alerte du Juge), introduisant une personnalité administrative de fait.
Dans ces conditions il convient que la personnalité physique de l'entrepreneur (surtout dans le cas d'une soliprise) et la personnalité morale de l'entreprise partage la même systémique opérative autonome (SOA) pour éviter les phénomènes de "double-file" qui saura séparer les mnèmes de la personne physique (entrepreneur) de celui de la personne morale (entreprise), mais pourra les conjuguer dans l'intérêt des héritiers de l'un ou des associés de l'entreprise.


C'est l'objectif que partagent le créateur et les cercles d'expertises de Créati.se.